ETRE ACTIF DANS LE HALAL

Ce billet devrait plutôt s’intituler « ce que vous devez faire pour le halal » et non ce que « vous pouvez faire pour le halal », tant l’attachement au halal se vérifie tous les jours. Les musulmans veulent manger halal, véritablement halal. Pourtant, ils agissent peu. Par fatalisme : « de toute façon, il n’y a rien à faire. » Par ignorance : « Mais qu’est-ce qu’on peut faire ? » ou simplement parce qu’ils ne mesurent pas que chacun peut faire beaucoup en agissant peu. Revue de ce qu’il est possible de faire.

1- Sollicitez les services consommateurs : les services consommateurs, comme leur nom l’indique, sont là pour servir les consommateurs. Beaucoup de personnes s’interdisent de manger tel ou tel produit, faute de connaître précisément les ingrédients qui le composent (présure, E471, etc.). Or, un mail ou un coup de téléphone à un service consommateurs suffit souvent à être fixé sur la nature d’un produit que l’on désire acheter. La grande distribution est à cet égard très soucieuse de répondre aux sollicitations de ses clients. Pour avoir des réponses, il faut poser des questions.

2- Fédérez l’information : contacter les services consommateurs, c’est bien. Partager les informations obtenues, c’est mieux. Et mieux encore si toutes ces informations se retrouvent en un même lieu. Comme sur le blog Alimentation en islam tenu par un particulier qui met en ligne les réponses des services consommateurs. Le blog n’est malheureusement plus alimenté depuis septembre 2008. Pourtant, nous sommes nombreux à contacter plus au moins régulièrement les services consommateurs. Il faut penser à fédérer les informations obtenues et à les mettre à disposition de chacun, comme le fait la soeur Amatullah sur le forum (version alpha) d’Al-Kanz : Ecrire aux services consommateurs.

3- Faites part de votre satisfaction : les musulmans sont désirés, fortement désirés. Mais ce désir s’accompagne d’une certaine frustration : on ne sait pas ce qu’ils aiment vraiment, ce qu’ils veulent vraiment. Certes, on a une idée approximative de la façon dont ils consomment, mais à peine plus. Résultat : les produits qu’on leur propose sont parfois à côté de la plaque. Si cette situation ne leur plaît guère, ils ont les cartes en main pour participer à son amélioration. Prenez votre stylo, prenez votre téléphone, allumez votre PC et contactez les services consommateurs pour leur dire tout le bien que vous pensez de tel ou tel produit. Dire du bien n’est paradoxalement pas naturel. Le client est plus prompt à râler qu’à remercier. Et pourtant, si les consommateurs confortent les industriels dans leur choix et leur stratégie, les produits proposés seront de plus en plus en adéquation avec les attentes de leurs clients.

4- Affirmez votre mécontentement : a contrario, si on ne fait pas savoir aux producteurs, aux industriels, aux commerçants, que ce qu’ils proposent est scandaleux, honteux ou tout simplement en total déphasage avec ce que l’on attend, ils continueront à produire et commercialiser des produits dont on ne veut pas. Il faut leur écrire et leur expliquer, avec intelligence évidemment, en quoi ils font fausse route. Les plus honnêtes seront heureux d’avoir ce retour-client, les moins scrupuleux se rendront compte qu’ils ne peuvent agir malhonnêtement plus longtemps. Le pouvoir des consommateurs est immense, pour peu qu’ils s’en rendent compte. Quand on consomme, on vote avec le porte-monnaie. Quoi de pire pour une entreprise que de voir sa clientèle la fuir ?

5- Diffusez l’information : Internet est un outil formidable. En quelques clics, on peut transmettre une information partout dans le monde. Si vous apprenez que telle enseigne a décidé de se convertir au vrai halal, le meilleur moyen de la soutenir, c’est d’en parler autour de vous, de vive voix, mais aussi par mail, dans les forums de discussion, dans les listes de diffusion, sur Twitter, sur Facebook, etc. Idem dans le cas d’une société qui floue ouvertement sa clientèle en lui vendant du faux-halal. Il faut le dire partout, tout le temps, sans arrêt jusqu’à ce qu’elle cesse sa fraude. Les consommateurs musulmans ont le pouvoir de faire changer aisément les choses : on les désire tant qu’ils peuvent même faire la fine bouche. Et on redoute tout autant leur désamour. Les consommateurs musulmans sont convoités par une foule d’acteurs économiques. Ils ont le pouvoir, ils ont l’argent et ils sont persuadés qu’ils peuvent les conquérir. En même temps, ces acteurs économiques ont une terrible crainte : que les consommateurs musulmans se rendent vraiment compte qu’ils sont désirés. C’est là le talon d’Achille de ces acteurs économiques, la faiblesse qui fait d’eux des géants aux pieds d’argile. Rien de tout ce qui fait leur pouvoir n’aura d’effets sur les consommateurs musulmans, si ces derniers refusent de leur accorder leurs faveurs.

Combien de multinationales, combien d’enseignes de la grande distribution, veulent farouchement conquérir la clientèle musulmane, qui heureusement prend tous les jours conscience de cet attrait ? Certes, on ne pourra pas du jour au lendemain assainir le marché du halal. En revanche, lorsque cette prise de conscience sera pleine et entière, la réalité changera du tout au tout. Et on pourra enfin acheter des produits halal les yeux fermés.

Bref, affirmons notre rôle de consommateur, assumons nos devoirs, exigeons le vrai halal.